L'intolérance de la tolérance

28 mars 2013 /// 0 comments

Depuis plusieurs semaines, l'intolérance contre la religion fait rage sur beaucoup de médias notamment autour du débat du mariage pour tous. D'ailleurs, on peut se poser la question si il y a vraiment un débat sur la question.

Alors que notre pays a pour principe fondamental d'être tolérant. L'intolérance est souvent flagrante dans des journaux ou à la télévision. Cette intolérance qui peut être flagrante sur les médias et aussi très souvent subtile et anodine dans nos conversations quotidiennes.

Un exemple d'intolérance que j'ai entendu récemment, c'est: "La religion, c'est hors de l'école". Nous sommes souvent forcé d'accepter cette position, et c'est souvent difficile de se positionner et de remettre en cause cette affirmation en tant que chrétien.

Qu'est-ce que qui rend cette affirmation anodine intolérante? Je vais essayer d'expliquer mon raisonnements en quelques points:

1/ Ce n'est pas vrai que la religion reste hors de l'école. Concrètement, la religion  rentre dans l'école simplement du fait que des élèves affirment appartenir à un groupe religieux. Personne ne peut forcer quelqu'un à abandonner sa croyance, cela deviendrait une forme de pérsecution. Cette vision réductionniste de la religion est choquante qu'on soit musulmans, chrétiens, bouddhistes ou autre... Dire que la religion se réduit un peu à un "T-shirt sâle" que l'on doit enlever en passant les portes de l'école est choquant et intolérant.

2/ L'hypocrisie laïcarde, les laïques qui ne s'assument pas: Je remarque que les institutions laïques ont beaucoup de mal à assumer leur position. Alors que je discutais de cette question avec un responsable dans un école, il me faisait la remarque suivante: Tu comprends, si nous avons des groupes de chrétiens, après il faut accepter des musulmans, après des bouddhistes et tout le reste, c'est trop compliqué... Quel incohérence de sa part! Il est coincé dans un étau où il doit à la fois être "neutre" face aux religions et en même temps la complexité de sa position le conduit à ne donner des voix à aucune religion parce que c'est trop compliqué. Quelle intolérance! C'est là ou nous devons répondre: "Il faut assumer votre position laïque, sinon vous devenez intolérants". Pas facile d'assumer sa neutralité face à la religion.

3/ La laïcité réduit la croyance religieuse à la sphère de la vie privéeMais que se passe-t-il si je ne considère pas que ma religion se limite à la sphère de la vie privée (sachant que beaucoup de religions affirment ne se définissent pas en utilisant ces termes)? De quel droit peut-on redéfinir une croyance religieuse? Voici ce qu'il se passe d'après la loi:
Si un élève se présente dans son école en portant un signe ou une tenue permettant de faire reconnaître immédiatement son appartenance religieuse, le chef d'établissement doit tenter d'engager avec lui un dialogue. Le chef d'établissement doit également demander aux enseignants qui connaissent cet élève de l'aider à vivre sa foi dans le cadre de la loi. En cas d'échec, le chef d'établissement doit alors saisir le conseil de discipline pour décider de la sanction à appliquer à l'élève. Si une décision d'exclusion est prononcée contre l'élève, ce dernier doit rencontrer l'inspecteur d'académie, accompagné de ses parents, pour examiner dans quelles conditions sa scolarité peut être poursuivie.
Pour finir, voici un dernier exemple d'intolérance anodine dans "les Guignols de l'Info". Dans cet épisode, ils présentent d'une manière grotesque une position religieuse et font preuve d'une intolérance flagrante en réduisant grossièrement la position religions.

Voir l'épisode:
"La dérision culturelle systématique des croyances religieuses", sévit dans plusieurs régions du monde. Pour les laïcistes radicaux, toute expression de croyance religieuse doit être reléguée à la sphère privée: ils cherchent donc à priver la religion de la moindre influence sur la société. [...] La religion est de plus en plus marginalisée, et tenue pour insignifiante, étrangère, voire déstabilisante pour la société. [...] Contraindre les croyants à garder pour eux leurs convictions tandis que les athées et les agnostiques ne sont soumis à aucune restriction de cette nature, c'est en fait une forme d'intolérance religieuse".

Discussion sur l'Enfer

15 mars 2013 /// 0 comments

Le weekend dernier, j'ai participé à un weekend d'église sur le thème de la fin du monde. Parler de l'enfer, ça n'amuse personne et pourtant le prédicateur nous a lancé le défi de discuter de ce sujet essentiel de la Bible avec nos collègues, nos amis, etc... Les yeux écarquillés, mes collègues m'ont écouté leur dire pourquoi je croyais que l'enfer et le jugement de Dieu existait. Moqueries, rires et fausses conceptions de la fin du monde étaient de norme.

L'enfer voici un sujet que nous cherchons tous à éviter et pourtant La Bible n'y va pas de mains douces pour nous parler de la fin du monde. C'est même le thème principale des prédications de Jésus.

Est-ce que Dieu se soucie vraiment de la fin du monde ?

A. Oui le Nouveau Testament nous le montre constamment:
Jean 18:36: Jésus répondit: «Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne sois pas livré aux Juifs; mais en réalité, mon royaume n’est pas d’ici-bas

Hébreux 11:13-26
2 Pierre 3:10-13
2 Corinthiens 4:16-5:10

C'est aussi le thème central de plusieurs livres de la Bible:
1 Pierre
Romains 5-8
2 Pierre
1 Thessaloniciens