Qu'est-ce que la prédication textuelle suivie?

15 décembre 2012 /// 2 comments

"Qu'est-ce que ça veut dire précher bibliquement?" Voici une question que je me suis posé en arrivant en Angleterre en particulier en travaillant à St Helen's Bishopsgate et en étudiant à Cornhill.

"La prédication textuelle suivie" voilà un terme dont je n'avais jamais entendu parler avant dans ma vie chrétienne. J'avais entendu des chrétiens dire que des prédications pouvaient être plus ou moins biblique. J'avais aussi été dans plusieurs églises qui affirmaient que la Bible était au centre de leur soucis sans pour autant mettre un accent sur l'enseignement de la Bible.

Je me souviens avoir écouté une prédication d'un pasteur qui a passé tout son message à nous parler de football pendant 40 minutes, le culte devait terminer à 12h, il a fait quelques références au nom de Jésus, mais à 12h45, nous étions toujours en train de l'écouter parlait du style de jeu allemand et italien. Même si je ne veux pas remettre en cause la centralité du football dans la vie de certaines personnes, je ne suis pas convaincu qu'une prédication devrait se focaliser sur cette agenda footballistique. Est-ce que c'est ça la prédication biblique? 

Pendant ces trois dernières années de formation théologique, j'ai compris que se référer à la Bible ne voulait pas pour autant dire que nous préchions la Bible. Bon nombre d'églises ont des bibles recouvertes de poussières par manque d'utilisation. D'autres églises encouragent leur congrégation à garder leur Bible ouvertes sans pour autant s'y référer. Est-ce que la place si centrale que la Bible avait pendant la Réforme a été perdue de nouveau? Est-ce que la prédication de la Bible n'a plus sa place?  

Certaines personnes sous-entendent que les auteurs de la Bible sont morts et n'ont rien à nous apprendre au 21ème siècle, les pasteurs d'aujourd'hui doivent prêcher quelque chose de neuf, plus au goût du jour, et parler d'autre chose que la Bible. William Taylor, le pasteur de St Helen's Bishopsgate présente ce problème sur la prédication très clairement:
"C'est possible de faire des références et d'utiliser la Bible dans nos prédications sans pour autant enseigner le message de la Bible. Malheureusement, la Bible n'a pas toujours la place dominante qu'elle mérite dans nos prédications. Etre un prédicateur de la Bible consiste à exposer le texte de la Bible en suivant conscencieusement l'intention de l'auteur d'un livre particulier de la Bible. Il s'agit de suivre précisément la théologie que l'auteur enseigne pour mener l'église à comprendre les implications pastorales qui en découlent. Nous devons extraire notre prédication du texte écrit grâce à l'inspiration du Saint-Esprit pour que l'application de notre message soit entrainé par l'intention et la théologie de l'auteur du livre de la Bible. Beaucoup de prédicateurs présentent un nouvel ordre du jour, une théologie systématique, ou le sujet qu'ils ont envie d'adresser sans présenter l'intention ni la théologie particulière de l'auteur dans le livre de la Bible qu'ils enseignent. La prédication textuelle consiste a laisser l'auteur initiale nous convaincre de son but et de son intention dans son livre afin d'enseigner leurs messages avec toute leurs force à notre assemblée. Un prédicateur qui expose la Bible correctement considère que la Bible est son Maître. Le rôle du prédicateur est de présenter le système de penser de l'auteur initial plutôt que son propre système de penser. Précher son système de penser plutôt que celui de la Bible est très dangereux parce qu'il ennuiera l'assemblée, et rendra l'assemblée fier parce qu'elle pensera qu'elle n'a rien de nouveau à apprendre de la Bible. C'est aussi une prédication faible parce que c'est l'enseignement d'un homme plutôt que l'enseignement de la parole de Dieu qui a toute autorité. Un prédicateur n'est pas là pour présenter sa théologie systématique qu'il a pu apprendre pendant sa formation théologique, mais il est là pour présenter la théologie de Dieu dans la Bible et l'agenda de Dieu pour l'humanité dans toute sa richesse."
Est-ce que c'est essentiel d'avoir une prédication textuelle suivie dans l'église ou est-ce que c'est quelque chose de négotiable? 
"La prédication textuelle suivie est essentielle et elle doit être régulière. C'est la pain quotidien de base dont une assemblée a besoin. Biensûr, parfois c'est nécessaire de faire des prédications à thème pour enseigner un point particulier. Mais même dans ce cas, c'est extrêmement important de choisir une section de la Bible où l'auteur a
l'intention d'enseigner le point que nous voulons aborder. Un prédicateur peut souvent tomber dans le piège de précher son point de vue sur un thème ou une doctrine plutot que le passage. C'est très facile de negliger l'intention de l'auteur en imposant notre propre compréhension d'un passage . La Bible ne traite pas de tous les sujets, son agenda principale est de proclamer la bonne nouvelle de Jésus-Christ. Un prédicateur n'est pas un magicien qui doit manipuler des versets ou faire apparaître des sujets qui ne sont pas adressés dans la Bible. L'auteur d'un livre de la Bible doit avoir pour but d'enseigner ce que nous voulons enseigner. Par exemple si nous voulons enseigner notre assemblée au sujet du Saint-Esprit, nous pouvons regarder à la section dans l'évangile de Jean dans les chapitres 14 à 16, où il présente lui-même sa théologie du Saint-Esprit ou la théologie de Galates sur le Saint-Esprit, où nous allons chercher ce que Paul dit sur le travail du Saint-Esprit dans l'église de Galates. 
Article adapté de l'Interview de William Taylor, voir la vidéo en anglais sur youtube

De la vie communautaire

14 décembre 2012 /// 0 comments

"L'Église, appelée à se retrouver en Jésus-Christ, et aussi tous les hommes, cherchent comment vivre ensemble. C'est leur permanent désir. Mais ce n'est pas une facile évidence car les uns, consciemment ou inconsciemment, dominent, captent et dévorent. Mais les autres jalousent et dénigrent, ce qui est aussi une manière souterraine de dominer. En un sens, plus les hommes, et parmi eux les chrétiens, sont proches les uns des autres, plus leur psychisme risque ici de s'enténébrer." 

Dietrich Bonhoeffer, théologien, pasteur et conjuré allemand, condamné et exécuté par Hitler à 39 ans, le 9 avril 1945, sait de quoi il parle quand il écrit en 1938 « De la vie communautaire ».


Pourquoi est-ce que j'aime l'église?

6 décembre 2012 /// 0 comments

Je suis en train de finir un livre de Kevin de Young qui s'intitule "Pourquoi est-ce que j'aime l'église, louange de l' institution et de la religion organisée?" où ils défendent leur passion pour l'église locale. 

C'est un livre que je recommande, malheureusement il n'existe pas en Français.

Beaucoup de personnes affirment que l'église peut être n'importe qu'elle lieu qui existe: que ce soit dans un Starbucks, une maison, dans une piscine, dans un centre de Yoga, ou dans la forêt, tout lieu peut potentiellement devenir une église. "là ou deux ou trois se réunissent, Dieu est au milieu d'eux" certains utilisent ce verset pour justifier le fait qu'il n'ont pas besoin de faire partie d'une église locale. Ils se retrouvent dans un Starbucks pour parler de philosophie, de politique, ou de cinéma et sortent enrichi culturellement de ces rencontres et considèrent qu'ils forment une église de frères dans ce contexte décontracté. Vous pouvez lire l'évangile selon Starbucks sur ce lien.

Certaines personnes pensent qu'on peut être église indépendamment d'un groupe: l'église, c'est moi! Je n'ai pas besoin d'être enseigné, ni encouragé, ni corrigé. Je suis un chrétien libre, un membre détaché du corps!

D'autres pensent que l'église est embarassante à cause de son histoire, les croisades et autres horreurs de l'histoire chrétiennes sont autant de raisons pour ne pas mettre les pieds dans une église locale. De plus, si l'église est remplie d'hypocrites, pourquoi y mettre les pieds?

D'autres pensent que l'église est barbante et qu'il faut supprimer les choses qui agacent: le pasteur, la prédication, les hymnes du 16ème siècles, l'organisation, la liturgie etc...

Si l'église est en train de mourir, que les bancs du local sont vides chaque dimanche, ou que les gens s'endorment pendant les prédications, pourquoi garder une institution qui n'intéressent personne?