Un disciple radical

14 septembre 2012 /// 0 comments

John Stott dans son livre "Le Disciple Radical" détaille 8 caratéristiques du disciple de Jésus-Christ:

- Non conformité
- A l'image de Christ
- Maturité
- Soin de la Création
- Simplicité
- Balance
- Dépendance
- Mort

Dans son introduction, il définit tout d'abord le terme "disciple" et le terme "radical".

Un disciple est quelqu'un qui prent la responsabilité de se mettre sous "la discipline de Jésus". Il note que beaucoup de chrétiens aux 21ème siècles ne traitent plus Jésus comme un Seigneur mais plutôt comme "un copain" qui a des choses intéressantes à dire sur certains sujets de la vie.  Cependant la Bible présente Jésus en tant que Seigneur, en tant que Roi, en tant que Maître, des termes qui impliquent une supériorité.

Un disciple authentique est aussi un disciple "radical". Il nous renvoie à la racine du mot Latin: radix qui signifie racine. Quelqu'un de radical n'est pas quelqu'un qui fait tout exploser, c'est avant tout une personne qui est enracinnée dans leur engagement et dans leur conviction.

Il souligne le fait que beaucoup de chrétiens ont du mal à mettre l'adjectif "radical" à côté du mot "disciple" à cause des mauvaises connotations de ce mot. Cependant, il remarque aussi que l'engagement des chrétiens varie. Jésus lui-même a illustré ces diverses formes d'engagement dans la parabole du Semeur:
"5 Une autre partie tomba dans un sol pierreux où elle n'avait pas beaucoup de terre; elle leva aussitôt, parce qu'elle ne trouva pas un terrain profond, mais quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines." Matthieu 13
L'avertissement de l'auteur est le suivant: notre manière d'esquiver "le discipulat radical" est en étant selectif. Il s'explique en disant que beaucoup de chrétiens choisissent les domaines qu'ils vont suivre en laissant de côté les domaines qui leur seront coûteux. Cependant parce que Jésus est Seigneur, son titre de Roi ne nous laisse pas le choix de choisir comme dans un supermarché les domaines où nous voulons nous soumettre à sa volonté.

Une application de l'amour: l'ordre

6 septembre 2012 /// 0 comments

Quand je parle de l' ordre dans l'église? A quoi pensez-vous?  Peut-être à un policier, un moralisateur, à des restrictions...Peut-être que c'est un mot que vous aimez beaucoup parce qu'il vous donne un sentiment de supériorité, de force, de clareté... Bizarrement c'est une idée dont Paul parle dans la fin de sa lettre aux Corinthiens.

Dans 1 Corinthiens 11 à 14, Paul prend le temps de définir plus précisémment les divisions entre les membres de l'église de Corinthe. Il a introduit le thème des divisions dès le chapitre 1 au verset 10 à 17.

Il nous a présenté plusieurs problèmes dans l'église dès le ch.5 jusqu'au chapitre 10. Les Corinthiens sont égoistes, individualistes, et se considèrent plus sage que Dieu. Il y a énormément de désordre au niveau des relations entre les membres de l'Eglise.

Après avoir démontrer son dégoût face à l'attitude des Corinthiens qui méprisent l'église de Dieu (11:22), Paul démontre que l'attitude des Corinthiens est contraire à l'amour de Dieu défini au chapitre 13.

Le ch.13  est loin d'être un poème pour nous faire rêvasser sur l'amour. Paul n'a pas du tout en tête la romance lorsqu'il écrit ces versets. Ces versets du chapitre 13 se trouvent dans un contexte où Paul corrige l'attitude des Corinthiens depuis le chapitre 5. Paul est en colère contre les Corinthiens parce qu'ils ne mettent pas en pratique cette amour dans l'église.

Face à leur attitude, Paul veut réordonner la vie de l'église. Pour Paul, un manque d'ordre dans l'église équivaut à un manque d'amour. C'est selon lui une manière très distinctive de s'aimer.

Comment pouvons-nous distinguer l'amour dont Paul parle au ch.13 dans le ch.14?

Dans mon âme un beau soleil brille

2 septembre 2012 /// 0 comments

L'été se termine mais le soleil continue de briller même en Décembre et en Avril...