Les portes de l'enfer

4 décembre 2011 ///

Dans Matthieu 16, Jésus demande aux disciples la question suivante après être arrivé à Césarée de Philippe: "Qui dit-on que je suis moi le Fils de l'homme?". 
Les disciples sont un peu surpris par la question et trébuchent en répétant ce que certaines personnes leur ont dit. Pierre s’exclame: "Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant". Jésus félicite son franc-parler au v.18: "Je dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle". 

Depuis la réformation, il y a eu beaucoup de discussions concernant "cette pierre". Mais il y a eu très peu de controverses concernant "les portes du séjour des morts".

J'ai entendu plusieurs sermons sur ce passage, je devine presque les illustrations qu'un pasteur pourrait utiliser, elles résonnent dans mes oreilles à cause de ce language si imagée, voici un exemple d'illustrations:


"Regardez l'expression "Les portes de l'enfer", elles ne seront pas victorieuses, il est temps de faire fuir le diable. Il est temps de reconquérir ce monde pour Christ etc..."

Le problème de cette illustration est la preuve d'une mauvaise exégèse. L'une des règles essentielles pour l’interprétation de la Bible est de laisser la Bible interpréter la Bible. Donc lorsque nous observons un terme comme "les portes de l'enfer", nous devons nous empêcher de nous imaginer ce que le terme pourrait dire. Et nous devons plutôt travailler dur en cherchant comment la Bible définit ce terme pour savoir ce que le terme signifie vraiment.
Le terme "porte de l'enfer" vient du terme "royaume des morts", ces termes apparaissent dans Job 38:17 et Esaïe 38:10. Ce terme "porte de l'enfer" est utilisé comme un euphémisme pour la mort.
Observez le parallèle dans les deux passages. La première partie du verset démontre que la deuxième partie du verset ne parle pas de l'enfer mais de la mort. Les portes de l'enfer représentent le passage de cette vie à la mort.

Par conséquence, la promesse de Jésus à Pierre n'est pas d'envoyer Satan dans sa tanière et de combattre les puissances démoniaques. En réalité, la recommandation d'après Ephésiens 6 est de "résister". Dans Jean 16:11, on sait que Jésus a déjà vaincu le diable. Notre responsabilité est donc de tenir ferme et résister. La promesse que Jésus fait est en fait une garantie que l'Eglise ne sera pas vaincu par la mort. Ce n'est pas quelque chose que nous devons accomplir.

Ne comprenons pas de travers cette promesse. Jésus promet quelque chose bien plus grand qu'une sorte de triomphalisme ici sur terre. Il promet la vie éternelle. L'église primitive devait faire face à une persécution intense contre les portes de l'enfer. Mais sachant que Jésus a vaincu la tombe et la mort, les portes de l'enfer ne seront pas vainqueur et ne prévaudront pas pour ceux qui sont en Jésus-Christ. En d'autres mots, Jean 11:25: "Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort".

Traduit d'un article de Kevin Deyoung sur Gospel Coalition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire