Lévitique

26 août 2011 /// 0 comments

Le livre de Lévitique est généralement le livre où les gens s'arrêtent de continuer à lire la Bible. C'est un livre difficile avec très peu d'action. L'auteur du Pentateuque dans ce livre continue son arrêt sur image. C'est une livre qui est difficile à lire parce qu'il y a beaucoup de détails et il y a très peu de rythme contrairement à la Genèse qui est beaucoup plus linéaire et rapide.  Le livre de Lévitique vient directement à le suite de l'Exode. Exode 40 finit avec le tabernacle et dès Lévitique 1, Dieu continue de parler à Moïse dans la tente d'assignation. Du chapitre 1-16, tout se passe dans le temple, Dieu dévoile ses ordonnances concernant le sacrifice.

A la fin du livre de l'Exode, nous avons remarqué comment Dieu rétablit une forme de relation avec son peuple en les guidant par un nuage... Mais cette relation entre Dieu et le peuple est loin d'être parfaite. Dieu reste saint, puissant et juste, et le peuple doit compter sur Moïse pour accéder à Dieu vu que le peuple est impur, séparé de Dieu à cause du péché d'Eden. Comment est-ce qu'un Dieu saint va pouvoir avoir une relation avec un peuple désobéissant et impur? La réponse se trouve en partie dans le Livre de Lévitique.

Le code lévitique comprend  des offrandes que le peuple doit faire du chapitre 1 à 6. Le livre continue par la consécration d'Aaron et de sa famille en tant que prêtre (chapitre 8 à 9). Ensuite nous observons un nouveau jugement de Dieu envers les fils d'Aaron Nadab et Abihu qui ont sous-éstimé la sainteté de Dieu (chapitre 10:1-7).
Du chapitre 11 à 16, nous voyons une liste de lois sur le "nettoyage", Il y a une liste de rites sur la nourriture, la santé, l'hygiène...Le chapitre 16 est crucial parce qu'il parle du sacrifice d'expiation où le peuple devait gardé un jour de célébration pour Dieu pour être pardonné.

Prédication textuelle Suivie ou Impositoire

23 août 2011 /// 0 comments

Qu'est-ce que la prédication impositoire? 
C'est tout simplement imposer, assujettir, dicter, commander, contraindre, forcer, infliger, surimposé, surchargé nos prédications avec nos points de vue personnelles plutôt que d'écouter la vision de la Bible.
C'est très facile de faire de la prédication impositoire lorsqu'on prêche simplement sur les passages que nous aimons.

Qu'est-ce que la prédication textuelle suivie?
C'est donner à la Bible l'autorité de guider nos points de vue et nous remettre en cause. La vision de la Bible vient réformer, changer, transformer tous nos points de vue. Augustin disait que la prédication textuelle: "dit ce que Dieu dit" contrairement à la prédication impositoire qui cherche à dire ce que nous avons envie de dire.  La prédication textuelle cherche à proclamer ce que Dieu a accomplit.

Voici comment Florent Varak (professeur à l'IBG) définit la prédication textuelle:

"Selon le Petit Robert, textuel est un adjectif signifiant: 
1) Qui est tiré du texte, figure dans le texte ou 2) Qui est conforme au texte. Ce que nous appellerons “ prédication textuelle ” est la présentation suivie & appliquée de un texte de l’Écriture de sorte que le contenu du message (plan, développement, application, etc.) surgit de l’analyse du texte, et est conforme à l’intention de l’auteur.



La prédication textuelle offre de nombreux avantages :
· Elle est similaire à la prédication des grands prédicateurs des temps de réveil de la Bible (Esdras,
Néhémie)
· Elle respecte la forme de la Parole de Dieu, qui ne nous est pas parvenue sous forme d’un index, ni
d’un dictionnaire, mais comme un développement d’idées dont il faut respecter la structure.
· Elle facilite le respect du contexte
· Elle évite d’accentuer des convictions personnelles « douteuses » qu’il est plus facile de faire passer
par un choix sélectif de versets tirés en dehors du contexte.
· Elle offre un modèle de lecture de la Bible que les disciples peuvent émuler dans leur culte personnel.
· Elle ancre le message plus facilement dans la tête des gens, qui peuvent ainsi revenir sur le texte.
La prédication textuelle suivie offre des avantages supplémentaires :
· Cela permet d'enseigner "tout le conseil de Dieu" plutôt que de prêcher au gré des humeurs ou des
"dadas" du prédicateur.
· Si un dimanche votre texte aborde un sujet "sensible" (l'argent & l'église, ou une attitude négative que 
tout le monde reconnaît chez un frère) vous ne pouvez être accusé de le "faire exprès". Si un auditeur 

est convaincu de péché, ce n'est pas de votre faute !

· L'église peut pleinement assimiler le contenu du message d'un livre, puisqu'elle en découvre tout le
contexte, etc.
· Pour l'orateur, il se soumet à l'étude de tout le conseil de Dieu. Impossible d'échapper aux passages
difficiles (croissance pour le prédicateur et pour l'Eglise)


La prédication textuelle permet au prédicateur d’être le porte-parole de l’Écriture et de la servir. Le serviteur ne 

prêche pas ses idées, mais le texte inspiré. La prédication textuelle suivie permet d’aborder l’ensemble de la Bible, offrant une présentation globale & équilibrée de l'Ecriture.



La prédication textuelle cherche à partager fidèlement tous les préceptes de Dieu. A plusieurs reprises, je me suis retrouvé dans des églises ou chaque semaine les prédicateurs préchaient à partir de livres, de versets différents chaque dimanche. Si un pasteur prêche thématiquement pendant quelques dimanches, ça ne pose pas trop de problème!

Cependant cela pose problème lorsque un prédicateur prêche simplement les passages de la Bible qu'il aime.

Pourquoi est-ce que cela pose problème?

Cela est problématique parce que l'auteur d'un livre de la Bible a toujours une intention bien précise. Lorsque Paul a écrit sa lettre aux Romains, son intention primaire était d'encourager les chrétiens de Rome à ne pas avoir honte de l'évangile ainsi que de leur partager ces plans personnelles d'évangélisation. Dans Romains 1:16-17 et Romains 15: 14-33, Paul nous explique les raisons pour lesquelles il a écrit cette lettre aux Romains. Nous voyons donc que Paul a un agenda ou un but bien précis. En prêchant sur un passage,  ou en se focalisant sur un verset dans Romains sans préciser l'intention de Paul ni le contexte, le danger de prêcher quelque chose de faux est très élevé. C'est très facile pour n'importe quel prédicateur de conclure des applications qui ne sont pas liés au texte. Nous avons tous entendu des prédications où les applications n'avaient aucun rapport avec l'intention de l'auteur dans sa lettre.


Prêcher de manière textuelle d'une manière suivie nous oblige à précher fidèlement et chronologiquement un livre de la Bible. Le prédicateur est alors obligé de traiter tous les passages de la Bible y compris ceux qui ne sont pas en vogue. Le rôle du prédicateur est d'être un serviteur de la parole de Dieu.  Ce type de prédication nous force constamment à remettre le passage dans son contexte.

Il nous force à prêcher sur les passages qui sont difficiles à comprendre, à lire des passages qui vont forcément remettre tout le monde en question y compris le prédicateur. C'est la parole de Dieu qui doit avoir le dernier mot sur le prédicateur et non l'inverse! Méfions-nous des prédicateurs qui prêchent seulement leurs passages favoris tous les dimanches et qui ne prêchent pas la parole de Dieu dans son intégralité.

C'est tellement facile de dire ce que l'on veut! Le prédicateur ne parle pas pour partager ses idées ou ses opinions, il doit partager la parole de Dieu!

Voici ce que dit Paul à Timothée:
"Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n'a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité."2 Timothée 2:15


Prenez le temps de lire ce cours d'homilétique par Florent Varak. 

Exode 2ème partie

Il y a quelques semaines, j'ai fini le livre de l'Exode. J'ai remarqué que ce livre est plus difficile à lire que la Genèse pour plusieurs raisons. Le livre d'Exode n'est pas aussi linéaire, l'auteur fait plusieurs arrêts sur des événements spécifiques de la vie du peuple d'Israël. L'auteur mélange plusieurs genres littéraires dans un même livre: L'exode est premièrement une narration mais à partir du Chapitre 20, le genre littéraire ressemble un peu à un livre de droit. En effet, l'auteur nous donne les 10 Commandements ainsi qu'une liste de lois pour l'autel, suivi par des lois pour les esclaves, suivi par les lois de compensation, les lois concernant la justice sociale,  les lois en rapports aux festivals et au Sabbat. Ces listes de lois forment 3 chapitres dans le livre d'Exode. C'est un peu comme si l'auteur de l'Exode faisait un arrêt sur image et nous décriver tous les détails de cette image.