Débat sur l'évangélisation

30 janvier 2011 ///

Dans un article en anglais sur la conférence de Lausannes en Octobre 2010, Don Carson redéfinit le terme "évangélisation" après avoir réalisé à quel point les évangéliques sont confus! Il y avait plus de 4000 évangéliques à cette conférence. Ils ont discuté des questions suivantes: Sida, pauvreté dans le monde, environnement, traffic sexuel... C'est sans aucun doute que ces problèmes sont réels. Cependant de plus en plus, on observe une croissance du nombre de chrétiens qui cherchent à renforcer la justice dans ce monde brisé par le péché et cela affecte l'évangélisation. Beaucoup de pasteurs ont remarqué que le mouvement évangélique bascule vers les causes de justice et se détourne de l'évangélisation.

Comment est-ce que les chrétiens en se préoccupant de la justice sociale dans ce monde se détourne de la centralité de notre mission d'annoncer l'évangile?

1/ Lorsque certains parlent d'évangélisation, beaucoup de groupes revendiquent qu'ils accomplissent un ministère holistique. Beaucoup prétendent annoncer l'évangile parce qu'ils aident les pauvres à Chicago ou parce qu'ils creusent des puies dans le désert du Sahel sans proclamer l'identité de Jésus-Christ ni le besoin d'être réconcilier avec Dieu. Leur ministère n'est donc pas holistique, il est incomplet parce qu'il néglige la proclamation orale de l'évangile de Jésus-Christ!

2/ De l'autre côté, pendant de nombreuses années, les chrétiens évangéliques se sont simplement concentrés à proclamer l'évangile sans prendre soin de se préoccuper des questions sociales et des questions de justice dans ce monde. Ils ont mis toute leur énergie dans la proclamation de l'évangile sans pratiquer des actions de compassion. C'est sans aucun doute que nous pouvons trouver une quantité de chrétiens qui tombent dans ce genre de réductionisme.

3/ Si nous étudions la Bible avec attention, la Bible est très claire sur ce qu'est "l'évangélisation". C'est très important d'être passioné par cette évangile et de faire une distinction entre l'évangile et les inférences de l'évangile.(Une inférence est un mode de raisonnement qui consiste à trouver des informations qui ne sont pas clairement dites dans le texte).
L'évangile est la Bonne Nouvelle de ce que Dieu a accomplit, de manière spécifique à travers ce que Jésus-Christ a accomplit en mourrant sur la croix et par sa résurrection. Donc cela n'a rien à voir avec nos actions, parce que l'évangile est une nouvelle qui est proclamé et qui doit être entendu!
Cependant parce que l'évangile est puissant, la bonne nouvelle ne fait pas que nous reconcilier avec Dieu, elle nous transforme, et elle va obligatoirement affecter nos actions, nos priorités, nos valeurs, nos relations entre humains... Cette transformation n'est pas optionnel simplement pour ceux qui sont "super saints", mais ce sont des fruits de notre acceptation de l'évangile. Simplement prêcher de vivre une vie morale sans la puissance de la bonne nouvelle de l'évangile n'est que du moralisme qui est pathétique et impuissant. Précher des valeurs de la Bible sans la transformation de coeur que Jésus requiert est comme une ombre anémique de l'évangile de la Bible.

Don Carson dans cet article cherche à démontrer que le monde évangélique est en train de se détourner de sa mission principale qui est d'annoncer que Jésus-Christ est venu pour réconcilier l'homme et Dieu. Les évangéliques consacrent de plus en plus leur énérgie à la justice sociale. 
La Bible est claire sur ce sujet, simplement faire des actions de compassion sans annoncer l'évangile de Jésus-Christ n'est pas de l'évangélisation. 
Nos actions de compassion sont des fruits logiques de notre conversion et de notre choix de suivre Jésus-Christ après avoir entendu la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Il ne faut pas dissocier l'annonce de l'évangile de nos actes de compassions. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire