La Bonne Nouvelle de la Trinité

16 juin 2010 ///

Nous vivons dans une culture fragmentée et isolée. Ce n'est pas simplement la société qui est fragmentée mais aussi la vérité. La vérité est maintenant une question de choix personnel et individuel. On a très peu de connaissance concernant les notions de communauté ou de cohésion sociale. Les sociétés humaines ont constamment luttées pour maintenir une cohésion entre l'individu et la communauté. Nous voyons cette tension en particulier en prenant l'exemple du totalitarisme lorsque le pouvoir de l'état restreint les libertés de l'individu. Nous le voyons de manière plus subtile dans la mondialisation, ou la Mcdonalisation du monde - c'est le développement d'une culture homogène, globale qui vient détruire la culture locale, et régionale. Nous sommes manipulés par la publicité, par la pression du groupe qui nous encourage au rêve consumériste - en gros un faux rêve!


Dans l'Ouest, nous sommes aujourd'hui des sociétés individualistes. La liberté individuelle et le choix dominent. Le discours politique ne fait que tourner autour des droits individuels. On ne veut pas être responsable pour les autres. On a de compte à rendre qu'à nous même. Cependant quand les autres aussi ont des comptes à rendre à eux mêmes, le résultat est la division, et la fragmentation ainsi que l'isolation. C'est dans ce contexte que la doctrine de la Trinité est une véritable Bonne Nouvelle

La Structure trinitaire de la foi chrétienne

Pour certains chrétiens, la Trinité est un peu l'appendice que nous avons dans notre corps, elle est là mais on ne sait pas trop pourquoi, on ne comprend pas vraiment son rôle. N'importe comment la Trinité est une doctrine centrale. On peut observer presque partout dans la Bible la structure trinitaire qui fonctionne ensemble. A la création, le Pére crée avec son Fils et souffle son Esprit dans l'humanité. A l'incarnation, le Pére envoit le Fils avec la puissance du Saint-Esprit. Dans la révélation divine, le Père révèle à travers la parole(Son Fils) dont la révélation est inspiré par l'Esprit dans la parole de Dieu (la Bible). Nous prions au Pére grâce au Fils avec la puissance du Saint-Esprit. L'église est le peuple de Dieu, le corps du Christ et la communion du Saint-Esprit. Nous avons l'assurance grâce à l'amour du Père, l'oeuvre accomplit du Fils et la confirmation du témoignage du Saint-Esprit. La trinité est donc "la grammaire" du salut comme le dit Walter Casper. Le Fils et le Saint-Esprit travaillent en nous afin d'accomplir la volonté du Père.

1.Dieu est une communauté divine

Dans
Jean 17:20-26, on nous donne un aperçu de Dieu. Trois fois Jésus parle de l'amour du Père pour lui (23,24,26). Jésus prie pour ceux qui vont mettre leur confiance en lui "afin qu'ils voient ma gloire, la gloire que tu m'as donnée, parce que tu m'as aimé avant la fondation du monde."(24). Éternellement, la Trinité a existé en amour. Dieu n'a jamais existé en solitaire mais en tant que communauté divine. Dieu est un groupe de personnes en relation.

Dieu n'aime pas simplement, il est amour
(1 Jean 4:8, 16). L'amour doit forcément avoir un objet comme l'argumente Richard de St Victor au 12ème siècle. Si Dieu est amour et qu'il a toujours été amour, il doit forcément y avoir quelqu'un à qui donner cet amour. De plus, il doit y avoir un troisième être qui reçoit cet amour sinon cet amour est complaisant. Le véritable amour désire l'être aimé d'être aimé par un autre. C'est pour cette raison que le Père et le Fils décide de partager leur amour avec le Saint-Esprit.

Mais la Trintité, c'est plus qu'une communauté qui s'aime ou une famille proche. C'est une communauté d'être. Les personnes de la Trinité partagent un être ou une nature. Au v.21, Jésus prie que ceux qui croient en lui soient un "comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi".
Au v.23, il parle de "toi en moi". S'addressant au Père, Jésus prie que ses disciples deviennent un "comme nous sommes un"(22). Le Père, le Fils, et le Saint-Esprit habite l'un dans l'autre. Les théologiens appelent cela perichoresis - un terme grecque developpé par la tradition orientale de l'Eglise.

Regardez 1 Corinthiens 8:6: "pour nous il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes." Si vous enlevez "de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes", il vous reste "il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, et un seul Seigneur, Jésus Christ". C'est clairement un rappel de Deutéronome 6:4: " l'Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel." Au v.4 de ce même chapitre, Paul a déjà dit: "il n'y a qu'un seul Dieu". Mais maintenant, se trouve inclu Jésus Christ, " l'Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel." (Deutéronome 6:4) devient "il n'y a qu'un seul Dieu, le Père...et un seul Seigneur, Jésus Christ." (1 Corinthiens 8:6).

Paul auparavant a parlé de ceux qui mangé de la viande sacrifié pour les idoles. Il dit que c'est acceptable parce que les idoles ne valent rien. Son interprétation est tiré du monothéisme classique juif. Et c'est à ce moment que Paul inclut Jésus-Christ. Il n'y a qu'un seul Dieu, et Jésus Christ est ce seul Dieu.
Son argument repose essentiellement sur le fait que Paul est un Juif monothéiste, contre le polythéisme païen, comme pivot de son argument, il a cité la confession sainte et centrale du monothéisme et a placé Jésus Christ fermement au centre... Ce verset est révolutionnaire pour la théologie.

Jésus n'est pas un second Dieu, Il est le seule Dieu avec le Père. La divinité de Dieu ne compromet ni l'unicité ni la singularité de Dieu. Le Père est Dieu, Le Fils est Dieu, l'Esprit est Dieu mais Dieu reste un.

Jean Calvin résume ces quelques versets de la manière suivante: "Le Père, le Fils, et l'Esprit sont un Dieu, cependant le Père n'est pas le Fils, l'Esprit n'est pas le Fils. La formule traditionnelle dit que Dieu est trois personnes avec une nature divine ou substance.

2. Nous partageons dans la communauté divine
Nous sommes crées à l'image du Dieu trinitaire.

"Puis Dieu dit: Faisons l'homme à
notre image, selon notre ressemblance... Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme." (Genèse 1:26-27). Prenez note que Dieu est un et plusieurs en même temps: "Dieu créa l'homme à son image" - l'unicité de Dieu. "Faisons l'homme à notre image" - la pluralité de Dieu. Remarquez que nous somme crées à l'image du Dieu trinitaire. Nous sommes crées à l'image du Dieu trois en un. Nous sommes crées pour la pluralité et l'unité. "Dieu créa l'homme à son image" - cela représente notre unicité, "il créa l'homme et la femme" - ce qui représente notre pluralité.

Dans la Trinité, l'un et le multiple sont parfaitement intégrés. L'unité de Dieu ne compromet la diversité des personnes. La diversité des personnes ne compromet pas l'unicité de Dieu. Et voilà à quoi devrait ressembler nos sociétés! L'identité commune ne devrait pas compromettre l'identité individuel. Les droits communs ne devraient pas rentrer en conflit avec les droits individuels.
Dans la réalité, biensûr ce n'est pas du tout comme cela. Pendant la chute, Adam, Eve et le serpent on formé un groupe de trois, mais c'est un groupe en conflit, qui s'accusent l'un l'autre. La communauté est donc brisée. Dans genèse 4, Caïn tue son frère Abel. La société humaine devient fracturée et fragmentée. Depuis des siècles, nous avons faillit à intégrer l'un et le multiple, la communauté et l'individu.

Personne en relation

La clé de l'intégration de l'un et du multiple se trouve dans la compréhension de "la personne" dans la Trinité. Parce que l'humanité est crée à l'image de la Trinité. Nous devenons humain en reflétant la Trinité. La personne dans la Trinité n'est pas définit en opposition avec les autres, mais en relation avec les autres personnes. "Les personnes ne rentrent pas en relation l'un avec l'autre mais ils sont constitués l'un avec l'autre par leurs relations. Le Père est le Père parce qu'il a le Fils. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne sont pas des personnes qui opèrent indépendamment l'une de l'autre. Ce sont des personnes dans leur relation l'un avec l'autre. Leur personnalité se définit dans leur interdépendance de leur communion périchorétique. Dieu est "des personnes en relation".

La doctrine de la Trinité nous fait réaliser que les relations sont essentielles pour la personne. Une personne est comme une "mère", ou un "fils". Ces termes n'ont aucun sens en dehors de leur relation. On ne peut pas être une mère sans enfant, un enfant sans parent ou une personne sans relation. Ce qui définit la mère, c'est qu'elle a eu des enfants. Ce que définit une personne est le fait qu'elle a une relation avec d'autres personnes.

C'est donc l'opposé de l'individualisme. L'individualisme définit la personne en terme de différences. Quand on nous demande qui nous sommes, nous répondons généralement en terme de différences. Si je colore mes cheveux en rouge pour être différent, les gens diraient que j'exprime ma personnalité. La personnalité est définit par la différence. Comme René Descartes l'a dit "Je pense donc je suis", une personne est solitaire, rationnelle et individualiste.

Mais la vraie identité se trouve dans les relations. Je trouve mon identité en tant que marie de ma femme, père de mes enfants, en étant membre d'une communauté chrétienne, un fils de Dieu. Cela ne veut pas dire que je perds mon individualité. Parce que les relations dont je fais partie sont uniques. Je suis le seul à être marié à ma femme, à être le père de mes enfants...Le rôle que je joue dans ces relations me rend distinctif. Mais, parce que je me définis par mes relations, cette individualité ne rend pas mon existence solitaire ou fragmenté. Nous trouvons notre identité en étant lié à d'autres pas en se séparant des autres. Nous nous découvrons en donnant et en recevant.
Cela veut donc dire que lorsque nous agissons pour réduire nos relations, nous nous déshumanisons. "Nous avons besoin des autres pour savoir qui nous sommes et pour connaître notre valeur". Lorsque nous nous vantons de notre autosuffisance, et nous nous donnons à un individualisme brut, quand on s'autodétermine en créant nos propres valeurs et standards sans se soucier de ce que pensent les autres, c'est à ce moment là que nous nous auto-détruisons. Si je cherche à me satisfaire dans mon travail au détriment de ma famille et mes enfants, nous ne réalisons pas notre individualisme et nous nous déshumanisons. Si une société se construit simplement autour des droits individuels et diminuent nos obligations mutuelles, cela détruit ses membres.

Nous sommes re-crées à l'image du Dieu trinitaire

________________________________________________________________________

Visitez le blog de Tim Chester si vous parlez anglais en cliquant ici.
Pour lire l'article officiel en anglais sur le site de Theology Network,
cliquez ici.
Article rédigé par Tim Chester, pasteur de "The Crowded House" et traduit par Maxime Soumagnas

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire